«Jack Reacher» : le nouveau visage de Tom Cruise

L'auteur Lee Child a donné sa bénédiction à Tom Cruise pour incarner Jack Reacher même si l'acteur a peu de points communs avec le personnage.

Tom Cruise dans «Jack Reacher». (IMDb.com)
Jack Reacher est l’antihéros par excellence. Cet ancien militaire taciturne, prompt à user des coups de poing comme des coups de feu, a le chic pour se retrouver dans des situations pas très nettes. Et le tout est, bien sûr, mené tambour battant.

À LIRE | Oblivion: Tom Cruise retourne vers le futur

Quand cinq personnes sont tuées par un tireur embusqué, les autorités arrêtent immédiatement un homme. Mais celui-ci n’avoue rien et se contente de griffonner «Allez chercher Jack Reacher» sur un morceau de papier. L’homme en question est déjà en route, mais il est trop tard, le tueur est plongé dans le coma, victime d’un interrogatoire un peu trop musclé. Helen (Rosamund Pike), l’avocate du tueur, compte bien tenter d’en savoir plus sur son client grâce à Reacher.

Jack ReacherBande-annonce.

Héros né sous la plume de l’auteur Lee Child, Jack Reacher ne pouvait être incarné au grand écran que par Tom Cruise, à qui l’écrivain a donné sa bénédiction, même si physiquement, le comédien n’a que de rares points communs avec le personnage.

Mais l’acteur s’est concentré sur sa psychologie et ses maniérismes. Lors de la promotion de Jack Reacher, Tom Cruise parlait ainsi du mystérieux enquêteur. «C’est un personnage analogique dans une ère digitale», a-t-il indiqué pour bien souligner le décalage de l’homme avec son environnement. «Il est totalement indépendant, n’est affilié à aucune organisation et est hyper compétent. Il peut ainsi faire preuve d’une objectivité exceptionnelle dans les affaires sur lesquelles il se penche.»

«C’est sa curiosité, ses habiletés ainsi que son sens de la justice qui le font se mêler à toutes sortes de situations, et cela, même s’il tient à sa liberté plus que tout.»

Écrit et réalisé par Christopher McQuarrie (l’excellent Suspects de convenance), Jack Reacher est produit par Tom Cruise, les deux hommes travaillant ensemble depuis des années, notamment depuis Valkyrie.

«Depuis le début de ma carrière, j’ai travaillé avec des acteurs, des réalisateurs et des producteurs extraordinaires et j’ai toujours voulu apprendre à faire des films. J’ai toujours souhaité trouver ma voix en tant que producteur», a ajouté celui qui n’hésite jamais à mettre la main à la pâte, à peaufiner des scènes et à s’impliquer totalement dans un projet.

«Je pars du principe que, quand je passe une journée sur un film, c’est du temps que je ne récupérerai jamais. J’essaye donc d’être prêt à tout et d’envisager chaque éventualité. Bien sûr, il y aura des surprises! Le scénario, les décors, les costumes, etc., chaque département contribue à porter une histoire à l’écran. Je tiens pour acquis, quand je produis un long métrage, que toute l’équipe sera préparée et que tout roulera.»

Adrénaline au centuple

En plus d’être un acteur polyvalent – même s’il est, aujourd’hui, majoritairement à l’affiche de films d’action – Tom Cruise est accro à l’adrénaline et ne laisse jamais passer une occasion d’effectuer lui-même ses cascades.

Dans Jack Reacher, il a ainsi eu l’occasion de participer à une poursuite de voitures qui restera dans les annales. «Oui, les amateurs de belles voitures vont pleurer parce que nous en avons utilisé pas mal!» a-t-il dit avec un grand sourire.

«Dans la scène en question, nous voulions vraiment faire encore mieux que d’habitude... et je peux vous dire que c’est extrême. J’ai tourné chaque plan de cette scène ne serait-ce que pour l’histoire puisque cela nous permettait de mettre des caméras à certains endroits et à filmer certains plans, [chose impossible avec un cascadeur].»

Neuf Chevelles, un modèle iconique de Chevrolet, ont été utilisées pour cette poursuite qui, à cause de contraintes budgétaires, devait être tournée en cinq jours. Cela s’est traduit par le fait que Tom Cruise a passé 24 heures à filmer sans arrêt, ne faisant que des siestes de 20 minutes entre des prises particulièrement longues. Mais l’acteur n’en a pas conservé un mauvais souvenir, bien au contraire.

«Oui, je l’avoue, conduire ces voitures est extraordinaire... et le bruit des moteurs est féerique», a-t-il commenté.

Mais il ne faut pas s’y tromper, un tel tournage est loin d’être simple. «Quand les véhicules ne sont pas sur des treuils et que nous n’utilisons pas d’écrans verts, tout doit être rigoureusement planifié, tout en sachant que n’importe quoi peut arriver sur le plateau.»

«Je n’étais pas installé dans une cage protectrice. Nous avions remplacé le siège du conducteur par un siège de voiture de course. Je portais un harnais sous mon costume, mais il était en acier, ce qui signifie que je ressentais chaque choc. J’ai apprécié la précision du processus, mais surtout le fait de se demander quels plans en ressortiront après. Ça, c’est excitant.»

Jack Reacher déboule dans les salles de cinéma de la province le 21 décembre prochain.

Les plus populaires

VOS AMIS EN PARLENT